Turf – Pronostic turf Turf complet Logiciel turf – Arrivée quinté+

pronostic quinté

Arrivée du Quinté+ R1/C3
Mardi 27/09/2022

 03-16-10-05-08

Tiercé/Quarté+/Quinté+
1 x couplé / 2 x 2/4
Qa+ 3 x bonus 3
Qi+1x bonus 3

Comment dresser un cheval ?

Vous vous demandez comment dresser un cheval ?

Comme vous le savez, de très nombreux êtres humains l’auront fait avant vous, à travers les siècles. Les jockeys, pendant les courses hippiques, ont bien intérêt à tenir leur monture et la guider correctement pour espérer la victoire… ou éviter les accidents. C’est aussi un animal réputé pour avoir permis de nombreux voyages avant l’invention des moyens de transport modernes…

Alors oui, vous pouvez établir un lien de confiance avec cet animal. Petit à petit, il est possible d’en faire un véritable compagnon. Mais il y a quelques règles à respecter, et quelques principes à connaître.

Voilà toutes les informations que nous avons pu réunir à ce sujet.

Dresser un cheval, c’est tout un art

Si vous aimez le turf, alors vous vous êtes peut-être déjà demandé comment les montures de compétition pouvaient se montrer aussi dociles.

Il y a forcément quelque chose de fascinant dans cette régularité et cette réponse (quasi) constante aux ordres du maître.

En réalité, ce genre de connivence, de connexions, ne se crée pas du jour au lendemain. Lorsque vous vous lancez dans des pronostics pour le quinté, vous n’imaginez sans doute pas tout le travail effectué avant que l’animal puisse faire l’objet de vos paris.

En réalité, dresser un cheval, c’est tout un art. Cela demande de la patience et de la technique.

Il s’agit notamment de…

  • Mettre en place un code de communication entre le cheval et le cavalier.
  • Trouver un équilibre entre la fermeté et la douceur.
  • Savoir ressentir les limites de la monture, et à comprendre ses réactions
  • Pouvoir accepter les imprévus, parce que pour de nombreuses raisons, la bête pourrait ne pas être aussi réactive que prévue.

Dès lors, vous ne pourrez jamais apprendre à dresser un cheval aussi bien qu’au sein d’un école spécialisée.

Apprendre à dresser un cheval : une formation à part entière

Car en réalité, savoir apprivoiser totalement un cheval et s’en « servir » correctement, ce n’est pas seulement un art. C’est aussi un métier.

Les jockeys que vous voyez concourir pendant les courses hippiques n’ont pas développé leurs compétences en quelques jours. Ils ont forcément suivi un cursus de formation.

Il y a de véritables filières équines, qui permettent aux passionnés d’équitation de se professionnaliser.

Durant les cours, on n’apprend pas seulement à diriger un cheval ou à le faire accélérer, bien loin de là. La science équine s’étend à de nombreux domaines, tels que l’anatomie de l’animal ou encore l’histoire de la cavalerie.

Cela ne signifie pas que seules les études vous permettent de créer un lien avec votre cheval. Mais cela dépend de vos objectifs…

Apprivoiser, dresser, entraîner… de nombreuses possibilités, mais comment les distinguer ?

En réalité, dresser un cheval n’est pas forcément réservé aux professionnels… mais vous n’obtiendrez jamais les mêmes résultats en le faisant à votre manière, dans un cadre privé, que si vous suiviez une formation précise.

Lorsqu’on achète un cheval et qu’il devient un « compagnon », il s’agit davantage de l’apprivoiser. Autrement dit, de créer un lien de confiance, une certaine forme d’amitié. Cela permet d’éviter les fuites ou les accidents, et tout simplement d’améliorer le bien-être de la bête.

Il peut aussi s’agir de l’entraîner. Il n’est pas nécessaire de pénétrer les coulisses du turf pour faire un peu de sport équestre. Les cours d’obstacles amateurs, sans pronostics, sans foule en délire, c’est aussi possible !

Mais dans ce cas, il reste bon de demander les conseils d’un professionnel, et de ne pas se lancer trop vite dans ce genre d’aventures.

Dresser son cheval : ce qu’il faut retenir

Dresser son cheval n’est pas une mince affaire. D’ailleurs, la tâche s’avère plus rude selon les races, selon la « personnalité » de votre spécimen, etc.

L’important, c’est de le considérer ce qu’il est : un être vivant. Si vous espérez transformer votre jeune poulain en machine de guerre des ses premiers trots, votre relation ne risque pas d’être au beau fixe…

Dans tous les cas, lorsque vous commencez à vous sentir plus à l’aise, n’oubliez pas de porter le matériel de protection nécessaire. Vous n’avez jamais vu un jockey sans sa bombe pendant une course hippique, n’est-ce pas ?