Pronostic turf Turf complet Logiciel turf – Arrivée quinté+

Les courses hippiques : L'histoire et la création

les courses hippiques

Nous nous sommes tous un jour posé la question de qui a eu l’idée des courses hippiques, mais pas que ! L’ origine des fameux paris hippiques qui réunit des centaines de milliers de parieurs dans le monde. Dans cet article, vous découvrirez l’origine et l’histoire des courses hippiques.

Pour commencer, les courses hippiques sont apparues pour la première fois environ en 4500 avant J-C. Leur succès est dû à l’engouement d’un certain nombre de civilisations pour les courses hippiques.
A cette époque, les chevaux étaient dressés par les tribus nomades issus de l’Asie centrale. Durant des siècles, les courses de chevaux furent qualifiées de “sport des rois”.

Aujourd’hui, parier sur les courses hippiques s’avère être l’un des rares jeux d’argent étant légal et étant autorisé dans la plupart des pays du monde. Les courses de chevaux sont notamment très pratiquées en Irlande, en Angleterre, au Canada, au Moyen-Orient ou encore en Amérique du Sud.

“Un turfiste n’est jamais aussi anxieux de connaître le résultat des courses, qu’en l’attente de sa femme partie faire des emplettes.”

Jean Delacour

Les courses hippiques de pur-sang

Il y a de ça plusieurs siècles, les courses hippiques étaient organisées par toutes les principales civilisations. Durant les anciens Jeux olympiques grecs, des courses de chars et de chevaux montés se déroulaient sous les yeux de centaines de spectateurs. Le sport était particulièrement apprécié au sein de l’Empire romain.

L’origine des courses de chevaux

Les origines des courses hippiques comme nous les connaissons aujourd’hui remontent au 12ème siècle, lorsque les chevaliers anglais firent leur retour des croisades avec des chevaux arabes rapides. Tout au long des siècles suivants, des centaines de milliers d’étalons arabes furent importés et élevés avec des juments anglaises dans le but d’obtenir des chevaux qui possédaient vitesse et endurance. 

A cette époque, les nobles pariaient, lors de réunions privées, sur les courses hippiques en misant sur le cheval le plus rapide.

les courses hippiques

La naissance des hippodromes

C’est durant le règne de la reine Anne (années 1710) que les courses hippiques ont commencé à devenir un sport reconnu de tous. Les courses hippiques ont évolué en courses multi-chevaux sur lesquelles les gens avaient la possibilité de parier.

Des hippodromes sont apparus partout en Angleterre, offrant des bourses de plus en plus grandes pour attirer les meilleurs chevaux. Les bourses rendaient l’élevage et la possession de chevaux pour la course plus rentables.

Le succès des courses de chevaux a rapidement fait ressortir le besoin d’avoir une autorité centrale pour réguler le marché. L’élite des courses hippiques s’est réunie à Newmarket, en Angleterre, en 1750, pour former le Jockey Club. Aujourd’hui, c’est toujours cette organisation qui est chargée de réglementer les courses hippiques anglaises.

Le Jockey Club a rédigé des règles de course et élaboré les normes définissant la qualité des courses de chevaux et qui ont abouti à la désignation de races spécifiques. C’est ainsi que les races de chevaux (Pur-sang, Arabe, trotteur Français ou encore Anglo Arabe) ont pris une part importante dans l’univers des courses de chevaux. Chaque race est réputée pour avoir ses avantages et ses inconvénients qui lui sont propres pour les courses hippiques.

L’arrivée des paris mutuels

Miser sur le résultat des courses de chevaux a été la principale raison de l’engouement pour les courses hippiques. C’est la seule raison pour laquelle elles ont survécu en tant qu’activité professionnelle.

L’ensemble des paris sur les courses hippiques se font à ce jour en utilisant un système de paris mutuels. Ce système a été développé par un Français nommé Pierre Oller à la fin du 19ème siècle.
Un pari mutuel repose sur le principe de mutualisation des mises pariées. La somme globale (total des mises) est ensuite répartie entre les gagnants.

Dans le cadre de ce système, un pourcentage fixe (généralement entre 14% et 25%) du montant total misé est prélevé pour les bourses de course, les charges d’exploitation du terrain et les taxes nationales et locales.

La somme restante est divisée par le nombre de paris individuels pour déterminer le gain de chaque pari. Les gains estimés, également appelés “cotes”, sont calculés en continu et présentés sur le tableau de bord de la piste durant toute la période où les paris sont ouverts.

Trois termes principaux sont à retenir concernant les paris mutuels sur les courses de chevaux.

  •  Le total des enjeux : il représente la somme de toutes les mises déposées par les parieurs
  • Le prélèvement : il s’agit du montant que prélève la société qui organise les courses hippiques. Le pourcentage peut varier en fonction du type de pari réalisé.
  • La masse : ce terme désigne la somme étant redistribuée aux différents gagnants.

Une histoire hippique perpétuel

Encore à ce jour, les paris hippiques font frissonner de nombreux passionnés. Alors, si vous ne vous y êtes pas encore mis, il est peut-être temps pour vous de franchir le cap et de parier sur votre première course hippique !

Laissez-vous guider par les services que propose Quartie.com pour réaliser vos pronostics afin de parier sur les courses hippiques. Avec le service Prono8, accédez tous les jours à notre pronostic quinté+. Si vous souhaitez réaliser vos propres pronostics, découvrez le logiciel turf Quartie Premium. Avec celui-ci, vous réaliserez vos pronostics sur le turf en quelques minutes seulement grâce à un puissant algorithme et à des banques de données constamment actualisées.